En avant 2023 !

En avant 2023 !

     A l’heure de la gouvernance de Macron, le mensonge institutionnalisé semble avoir anesthésié les Français. L’Action Française se souvient toutefois que notre pays a connu au cours de son histoire de longues heures difficiles mais qu’il s’est toujours rétabli. L’Histoire nous a appris que rien ne s’est fait et ne se fera sans le retour de nos institutions naturelles. C’est la grande leçon politique de sainte Jeanne d’Arc et nous plaçons volontiers cette nouvelle année militante sous son illustre patronage.

     Formulons aujourd’hui des vœux d’espérance : puissent les Français, à l’aune de cette nouvelle année, travailler au bien Commun, retrouver le chemin du salut national en abandonnant l’illusion démocratique.

     Par conséquent nous souhaitons nos vœux de bonne, heureuse et sainte année à la Famille de France et aux Français de bonne volonté : qu’ils soient assurés de notre entier dévouement.

Aucune description de photo disponible.

Rien ne se fera sans vous : commencez l’année par un geste militant et salutaire en adhérant à l’Action Française : https://lactionfrancaise.fr/adherer-en-ligne

Bonne, heureuse et sainte année à tous !

 

 

 

 

N'hésitez pas à partager nos articles !
Communiqué

Communiqué

autocollant vive le roi a bas la républiqueLE COMITE DIRECTEUR DE L’ACTION FRANÇAISE, instance supérieure de direction et d’orientation des différents organes de l’Action Française, s’est doté, au cours de l’assemblée générale du 29 octobre 2022 de nouveaux membres et d’un nouveau Bureau pour pallier le décès de deux de ses éminents membres, les regrettés Marie – Gabrielle Pujo, fille de Maurice Pujo et sœur de Pierre Pujo, et le professeur Gérard Bedel, nommé membre du Comité Directeur de l’Action Française par Pierre Pujo.

Les membres du Comité Directeur de l’Action Française sont désormais les suivants :

  • Monsieur André CHARLES, demeure Président depuis le décès de Pierre PUJO.
  • Monsieur Clément GAUTIER, demeure Secrétaire.
  • Monsieur Philippe CHAMPION, ancien directeur politique de l’Action française 2000 est désigné Trésorier de l’association.
  • Monsieur Sébastien TREJO, ancien secrétaire général adjoint de l’Action Française
  • Madame Jacqueline BEDEL
  • Monsieur Michel FROMENTOUX

Nous rappelons que l’association Amitié et Action Française est la seule organisation reconnue par le Comité Directeur.

L’Action Française veille à perpétuer, sans trahison, l’oeuvre de ses fondateurs : préparer les esprits à la véritable reconquête de la France appelée à retrouver son identité politique, sociologique et culturelle, garantie par la restauration de la monarchie.

​Le Comité Directeur de l’Action Française

N'hésitez pas à partager nos articles !
Mise au point du Docteur Charles : Non, Boutang n’est pas un maître !

Mise au point du Docteur Charles : Non, Boutang n’est pas un maître !

Pierre Boutang prétendait avoir appris à lire dans l’Action Française. Plus tard, il devint agrégé de philosophie puis enseignant. En même temps, il militait à l’AF.

D’abord maréchaliste pendant la guerre, il rejoignit le général Giraud à Alger. Epuré à la Libération, il devint un des rédacteurs d’Aspects de la France, l’hebdomadaire d’Action Française fondé en 1947 par Georges Calzant. Mais en 1955, Boutang fonda à son tour un nouveau journal : la Nation Française, concurrent d’Aspects. Ce journal se réclamait, certes, des idées de Maurras, mais avait une attitude plus souple vis-à-vis du personnel de la République.

Très vite, ce fut une feuille de propagande gaulliste, réclamant, juste après le 13 mai 1958, le retour de de Gaulle au pouvoir et faisant ensuite des amabilités à l’UNR. Le pire fut atteint lorsque Boutand accompagna de Gaulle dans sa célèbre « tournée des popotes ».

Il s’agissait de convaincre les officiers présents sur le terrain en Algérie de ne rien tenter pour garder cette terre à la France. Le résultat en fut le massacre des Harkis, l’exode catastrophique des Pieds Noirs et la perte de la souveraineté française au sud de la Méditerranée.

Mais il y a quand même une justice : les lecteurs abandonnèrent la Nation Française qui cessa de paraitre en 1967. Son aventure journalistique terminée, Boutang fut réintégré dans l’Université, grâce dit-on à l’appui de barons du gaullisme.

Boutang est même devenu maître de conférences à la Sorbonne après avoir renouvelé son abandon de l’antisémitisme.

En conclusion, il est possible que Boutang n’ait pas eu l’intention de rompre philosophiquement avec Maurras, mais en politique, la séparation est totale. Contrairement à ce que suggérait Boutang, de Gaulle n’a pas rétabli la Monarchie mais nous a laissé la Vème République dont l’échec est désormais évident et total.

 

Docteur André Charles, Président du Comité Directeur

N'hésitez pas à partager nos articles !
Grande journée d’Action Française

Grande journée d’Action Française

Pour un Réveil Français !

Grande journée d’Action Française le samedi 29 octobre en Avignon

 

N'hésitez pas à partager nos articles !
Communiqué de l’Action Française : Les dissidents de l’AF dirigés par le franc-maçon Dejouy alias Perceval

Communiqué de l’Action Française : Les dissidents de l’AF dirigés par le franc-maçon Dejouy alias Perceval

Nous avons été sollicités au sujet d’un certain Olivier Dejouy qui se fait prévaloir de son appartenance à l’Action Française. Cela est bien entendu faux. Mais nous profitons de cette information pour dévoiler quelques éléments que nous avons pu recueillir sur le personnage.

Avant d’adhérer à l’AF en 2008, Dejouy était passé par le gauchisme dissident de la Nouvelle Action Française devenue la NAR. Il rejoignit en 1975 le COPCOR, dissidence de la NAF de Fabrice O’Drisscoll puis le MRF (Mouvement Royaliste Français) qui tenta au début des années 1980 de construire un nouveau royalisme maçonnique. Tous les dirigeants du MRF étaient francs-maçons, aussi bien Fabrice O’Drisscoll que Michel Michel, binôme de Dejouy à Grenoble dans l’entourage du maire maçon Carignon.

Le royalisme maçonnique s’appuyait sur la personnalité du Comte de Paris dont l’appartenance à la Grande loge Nationale de France était notoire ainsi que son penchant pour l’ésotérisme. 

Le MRF éditait un journal intitulé « Combat Royaliste » et se doublait du renfort de « La place Royale », revue doctrinale et ésotérique du mouvement dont l’inspirateur était Henri Montaigu, initiateur du Comte de Paris à la maçonnerie guénonienne. 

Après ce passage dans le royalisme maçon et ésotérique, et toujours en réseau avec Michel Michel, Olivier Dejouy s’installa dans les loges grenouillant au sein de l’UDF et du RPR. 

Ainsi après Grenoble et Carignon, Dejouy servit Santini et la ville d’Issy-les-Moulineaux. A la fin des années 1980, il adhéra au Parti Social-Démocrate, l’ancienne scission socialiste qui avait rejoint l’UDF derrière Max Lejeune, Eric Hinterman, puis André Santini. Comme pour le parti Radical Valoisien (où il fit travailler bon nombre de militants de la « génération Poitiers »), le parti Social-Démocrate, auquel adhéra Dejouy, exigeait l’initiation maçonnique dans son recrutement.

Sur le site www.unisvers.canalblog.com  Dejouy se présente comme « Expert en développement social territorial, Expérience de conduite de projets en zone urbaine. 30 ans d’expérience en associations, fédérations et collectivités territoriales » bref, un beau parcours maçonnique sans faille, pour qui sait lire entre les lignes.

Dejouy était connu comme étant un homme d’officine gaulliste, longtemps compromis dans les dans les barbouzeries électoralistes du RPR, notamment à Sartrouville. En 2001, lorsqu’il fallait conserver la ville au maire RPR Pierre Fond, il aurait conduit des opérations vicieuses contre la liste de Nicolas Bay. L’équipe RPR avait chargé Dejouy de diriger une association spécialement destinée à la séduction des jeunes des banlieues défavorisées. Cette association baptisée ASESP, présidée par Antoine de Lacoste, alors adjoint au maire, était grassement subventionnée par la mairie avec un budget annuel de 600 000 euros. Il y eut aussi l’affaire de la production d’un disque de rap au profit du RPR Pierre Fond. Dejouy aurait acheté la paix sociale en produisant les rappeurs des cités de Sartrouville alors que Nicolas Bay dénonçait les paroles du disque.

Pour se donner une légitimité, il organisa alors à Lyon une cérémonie au cours de laquelle il se fit plaquer « Camelot du Roi », par l’imposteur Stéphane Blanchonnet, qui se présente sans vergogne comme Président du Comité Directeur.

L’Action Française est placée sous l’autorité du Comité Directeur, actuellement présidé par le Docteur André Charles, successeur de Pierre Pujo. Nous regrettons que les militants, souvent exemplaires, soient ainsi trompés.                

 

                                                                                                           Le Comité Directeur de l’Action Française

 

N'hésitez pas à partager nos articles !
Hommage aux morts d’Algérie

Hommage aux morts d’Algérie

A l’appel de l’ADIMAD, l’Action Française sera présente à Versailles pour rendre hommage au lieutenant Roger Degueldre, lâchement exécuté sur ordre du félon de Gaulle, et à travers lui à tous ceux qui sont tombés pour que vive la France en Algérie. Nous ne saurions oublier leur sacrifice.

⚜️ 10 heures : messe à l’église Notre-Dame des Armées

⚜️ 11 heures : cérémonie au cimetière des Gonards


Français, souviens-toi !

N'hésitez pas à partager nos articles !