Entretien avec le dessinateur ProjetKO

Entretien avec le dessinateur ProjetKO

Nous nous retrouvons aujourd’hui pour un entretien avec le dessinateur ProjetKO. Nous souhaitions l’interroger car nous ne pouvons qu’admirer la qualité de ses dessins, la pertinence de ceux-ci et, de ce fait, le courage dont doit faire preuve l’âme qui les fait surgir à la vie.

L’Action Française : Cher monsieur, nous vous remercions d’avoir bien voulu accepter cet entretien pour l’Action Française. Tout d’abord, pourriez-vous présenter votre travail, sa genèse et le sens profond de votre combat ? Autrement dit, pourquoi êtes-vous devenu cet artiste dissident et pourquoi le devenir à travers cette forme spécifique de dessin que vous pratiquez ? D’ailleurs, comment la définiriez-vous ?

ProjetKO : Merci à vous pour votre intérêt et cette tribune. Je réalise et diffuse des illustrations « dissidentes » depuis 2015, principalement sur les réseaux sociaux mais aussi dans quelques revues et journaux nationalistes comme Rivarol. « Projet KO » est une référence directe au film « Fight Club », sorti en 1999, qui a été déterminant pour mon éveil politique. Toutefois, il ne s’agit pas dans mon esprit de militantisme anarchiste mais de participer à mettre K.O leur République, qui occupe la France que je défends, celle des traditions et de Jehanne d’ArcMa production est donc essentiellement d’inspiration nationaliste et catholique.

Comment définir ce que je fais ? Je communique par le dessin et des textes concis dans un soucis constant d’efficacité. Ce sont des synthèses de ce que je comprends et ressens du monde contemporain, en suivant l’actualité, en lisant les « bons » livres et en côtoyant les personnalités de notre milieu (extrémiste?). Ces illustrations visent à trouver la meilleure mise en scène possible permettant de résumer un événement, une personnalité, une problématique.

AF : Il semble que vous utilisiez un ensemble assez impressionnant de mode de dessin et d’instruments – mine de plomb, pastels, fusain, peinture à l’huile, acrylique, encres, pyrogravure, vitrail… – pourquoi cette diversité ?

ProjetKO : Tout à fait, je cherche toujours le moyen graphique le plus approprié au sujet traité afin de surprendre ou émouvoir le public. Le but est d’allier le fond et la forme en une image, sans aucun texte si possible. Expérimenter toutes ces techniques sur divers supports évite également l’ennui, permet de se renouveler et surtout de trouver des nouvelles idées de rendu… pour le dessin suivant !

AF : Vous proposez actuellement trois livres sur votre site internet – site que nous indiquerons à la fin de cet entretien -, pouvez-vous nous les présenter ? Comment sont-ils structurés ?

ProjetKO : Les 3 premiers albums regroupent de manière thématique les illustrations produites entre 2016 et 2020. « Portraits » organise les hommages et satires de personnalités nationalistes, dissidentes, révisionnistes… ou la lie de l’humanité suivant la sensibilité de chacun !

« Miroirs » regroupe des illustrations reflétant l’effondrement de notre civilisation. Le témoignage d’une époque nihiliste : matérialisme, mondialisme, finance apatride, laïcité, immigration, féminisme…avec quelques pistes d’espérance pour l’avenir.

Enfin, « Rappels » recontextualise les dessins d’actualités parus dans cette période charnière qui a vu le Brexit, l’insurrection des Gilets Jaunes, le martyre de Notre Dame, la crise (dés)organisée du Coronavirus et la tyrannie sanitaire toujours en cours… pour ne pas oublier les faits marquants subis par le peuple au nom de la « démocratie ».

AF : Votre second livre, Miroirs, offre un ensemble terrifiant de dessins illustrant à la perfection la décadence absolue dans laquelle l’Occident se complaît, quels sont pour vous les principaux maux qui nous accablent et s’abattent sur nous ? Sauriez-vous discerner l’origine de ceux-ci ?

ProjetKO : Miroir est l’album le plus personnel, après les durs constats, il finit sur des notes d’espoir appelant à un sursaut de vitalité du peuple. En fin de compte, je pense que le déficit démographique est notre principal problème. Entre l’immigration de masse venue essentiellement d’Afrique dans la joie du « grand métissage », le taux de natalité de nos femmes très insuffisant et l’avortement de masse (220 000 par an !), c’est un véritable suicide civilisationnel auquel nous assistons, en deux générations à peine. Or, ce n’est pas un accident, mais un programme de destruction de la France, rigoureusement orchestré par leur République. Le mal est profond et on peut le faire remonter à la Révolution de 1789-1793, qui a bouleversé l’ADN royaliste du peuple français en imposant les contre-valeurs républicaines. Valeurs que l’on sait aujourd’hui mortelles pour l’occident : les fameux « Droits de l’homme et du citoyen » (pourquoi distinguer l’homme du citoyen/goy ?), les mantras » liberté-égalité-fraternité » sont autant d’attaques dissimulées contre le peuple blanc et en particulier catholique. Dans une société en perte de sens, où la place de la religion a largement disparu du quotidien des familles françaises, toutes les valeurs se trouvent inversées : l’anti-racisme est un racisme anti-blanc de fait, la laïcité institutionnelle ne vise qu’à achever la religion catholique (tout comme le concile Vatican II). Or, que l’on soit croyant ou non, il y a encore 60 ans, la religion catholique offrait un cadre de vie stable et pérenne aux familles. Aujourd’hui, le mariage est déconsidéré, les familles recomposées sont la norme et les enfants, l’avenir, sont toujours plus maltraités et bientôt vendus aux LGBT. Ainsi, le matérialisme et l’égoïsme sont partout, le constat est cruel : les banques ont désormais remplacé les églises au cœur des villages de France.

AF : Plus spécifiquement, pourriez-vous vous attarder sur la crise du covid ? Que fut-elle pour vous ? Que put-elle nous dire de notre nation, de son peuple et de ses dirigeants ?

ProjetKO : La crise du Covid n’est pas terminée, les élections présidentielles nous offrent une trêve dont nous ne sommes pas dupes et les mondialistes vont évidemment dérouler leur programme (Great Reset) comme prévu : nouveaux variants, 4ème dose, pass « chinois » que tout le monde voit venir, fin de l’argent liquide… La difficulté étant la domestication effective du peuple, littéralement « dressé » à coup de mesures plus absurdes les unes que les autres depuis deux ans (les énumérer ici serait fastidieux !). Résultat, nous constatons qu’un nombre important de personnes continue de porter ce stupide masque après la suspension de son obligation. Peuple apathique où quasiment tout le monde est vacciné (y compris les anciens Gilets Jaunes !). Des parents vaccinent leurs enfants avec un produit expérimental risqué, contre une maladie inoffensive… les effets secondaires de ces traitements sont étouffés (pour combien de temps encore ?) par les politiques et les médias complices (qui a dit corruption ?). Tout cela est évidement criminel… mais ça passe ! Au nom de la liberté : « on ne veut pas mourir » crient les boomers en cœur ! Les élections au suffrage universel manipulées à coup de « story telling » (le sketch Zemmour/Marine/Pécresse/Macron), l’avortement à 9 mois de grossesse, le puçage programmé de la population par l’UE… oui, l’avenir de nos enfants paraîtrait bien sombre si nous n’avions pas la certitude que tout cela s’effondrera comme un château de cartes, tant les convictions dans le camp mondialiste-zombifié sont inexistantes. C’est bien simple, tout est laid avec eux. Le beau, le vrai et le juste sont de notre côté, donc je m’accroche à l’idée de produire chaque semaine des dessins-témoins, pour mieux supporter de vivre cette époque.

AF : Dans le combat difficile qui est le nôtre, les figures votives sont encourageantes, nous avons besoin de maîtres, de héros – morts ou vivants -, quelles sont les vôtres ? Vous en livrez quelques-unes dans votre premier livre, Portraits. Quelle place y tiennent les grandes figures d’Action Française ?

ProjetKO : En effet, mes héros sont morts pour la plupart, les plus inspirants seraient Degrelle et Brasillach dont j’ai particulièrement soigné les compositions dans l’album « Portraits ». Un exemple simple de ma démarche : le portrait de Charles Maurras a été réalisé en pyrogravure sur bois (aspect intemporel), de profil, en prenant soin de détailler particulièrement son oreille car, bien que sourd, il entendait mieux que personne les lois de la nature. Sinon, mes héros actuels sont les plus marginaux des dissidents : Ryssen, Le Lay, Reynouard… Peut-être mon côté provocateur, mais aussi la certitude que ce sont de belles personnes humainement.

AF : Parmi celles-ci, il y a celle de sainte Jehanne d’Arc – d’ailleurs vos éditions se nomment Le Réveil de Jehanne -, quelle place particulière tient la sainte de la Patrie pour vous ? Que devrait-elle incarner pour un Français nationaliste soucieux du sort de son pays ?

ProjetKO : Ce qu’il faut admirer chez Jehanne c’est son absence de doute, sa totale confiance en la Providence à partir du moment où le cœur est en action. La figure de Jehanne est en effet très importante dans mon quotidien, j’en ai réalisé plusieurs portraits originaux et elle me guide d’une certaine façon. Sa (courte) vie est une leçon exemplaire. Elle continue de nous inspirer, j’aurais envie de dire qu’elle continue « de nous secouer ». En effet, je pense qu’à l’image de Jehanne, le rôle des femmes est de pousser les hommes à l’action, sans quoi ils manquent de courage il faut bien l’avouer. En quelque sorte, ils agissent par amour chevaleresque ! Jehanne avait pour mission de pousser les hommes à se dépasser, à renverser le cours de l’Histoire de France. C’est ce dont nous avons besoin de nos jours. Où est-elle en 2022 ?

AF : Permettez-nous une question difficile. L’Action Française est souvent attaquée pour son refus de se soumettre aux États confédérés, il semblerait que nous soyons des maniaques de la question juive, des antisémites obsessionnels. Or chez vous, nous pouvons admirer quelques dessins de Jérôme Bourbon devant un bol de soupe où flottent quelques chapeaux bien reconnaissables, des dessins d’Hervé Ryssen ou encore de Robert Faurisson. Pourquoi cet attachement à la question juive ? Est-ce une des clefs de compréhension des problèmes que nous connaissons ?

ProjetKO : Quelle belle question ! Lutter contre leur démocratie républicaine, telle qu’elle nous est imposée depuis deux siècles, est de toute évidence « antisémite » au regard de la jurisprudence médiatique. «La démocratie, c’est la mort » disait Maurras. A cela, j’ajouterais que « l’antisémitisme, c’est la vie ! ». Pour être sérieux, de QUI parle-t-on ? des juifs en général ? Ce serait stupide, d’autant que nous vivons avec eux au quotidien, sans problèmes majeurs (contrairement à d’autres communautés). Cependant, le fait est que la religion juive, par essence apatride et déicide, est en guerre contre tout ce qui est nationaliste et catholique. Une guerre sournoise, une guerre à mort. Toute l’œuvre d’Hervé Ryssen l’a décrite, il m’arrive d’y faire allusion dans certaines illustrations mais c’est assez rare en fait. J’identifie parfaitement le problème mais n’en fais pas une fixation dans ma production.

AF : Bien que la situation semble désespérée, discernez-vous des lueurs d’espoir ? Où doit, selon vous, se porter le combat ? Quelles sont nos forces ?

ProjetKO : Bernanos disait en 1945 « L’espérance est une détermination héroïque de l’âme, et sa plus haute forme est le désespoir surmonté. » L’humanité est au pied du mur et chacun doit se remettre en question avant d’accabler le sort. Notre combat aura lieu sur tous les fronts et en particulier à l’intérieur de nous-mêmes. Chacun doit faire sa part. Personnellement, connaissant mes forces et faiblesses à 40 ans passés, j’ai choisi de me rendre utile sur le front culturel, saccagé par des décennies de gauchisme paresseux. Notre force ? la résilience ! Les féministes et LGBT disparaîtront d’eux-mêmes avant 10 ans, submergés par leurs « chances pour la France », qui pratiquent une forme de dialogue disons… expéditive. Le socle du peuple français est fissuré mais pas encore effondré. Comme je l’ai dit plus haut, la solution est démographique, tout en découle. Le peuple blanc doit faire des enfants, et « 2virgule1 » ne suffiront pas ! J’ai beaucoup d’admiration pour les familles nombreuses « de souche », souvent catholiques traditionalistes (je n’en suis pas) et voir lors d’événements nationalistes tous ces jeunes parents de quatre, cinq ou six enfants me réjouit au plus haut point. En définitive, le moteur de notre action, la mienne en tout cas, ce sont les gosses !

AF : Merci beaucoup pour cet entretien ! In fine, comment pouvons-nous vous aider ? Vous soutenir ?

ProjetKO : Déjà, on peut me soutenir en s’abonnant et partageant le canal Telegram « projet_ko » où je publie en priorité, plusieurs fois par semaine. Ensuite, toutes mes illustrations sont disponibles à la demande en reproductions de qualité et signées (nous contacter par mail). Enfin, l’auto-édition coûtant cher, on peut acheter les albums sur le site PROJETKO.FR ou dans les librairies partenaires, afin d’aider au financement de l’album suivant, « Cycles », qui sera la continuité de « Miroirs » et qui développera plus particulièrement la thématique des combats pour la vie.

Merci beaucoup pour vos questions.

Adresse mail : projet.ko@yahoo.com
Site internet : https://www.projetko.ft
Canal Telegram : https://t.me/projet_ko

Propos recueillis par Guillaume Staub

N'hésitez pas à partager nos articles !
Les raisons du nationalisme de Léon de Montesquiou

Les raisons du nationalisme de Léon de Montesquiou

Sursum corda ! L’Action française se félicite de la réédition – après plus de cent ans ! – d’une œuvre majeure d’un de nos maîtres ! En effet, si nos sympathisants et militants peuvent accéder plus ou moins facilement aux travaux de nos plus célèbres plumes – à l’instar de Charles Maurras, Léon Daudet ou Jacques Bainville – bien d’autres auteurs semblent nous être interdits faute de nouvelles éditions. Le travail semble titanesque, mais il est temps de sortir de l’ombre des intellectuels comme Louis Dimier, Marie de Roux ou encore celui qui nous intéresse présentement, à savoir Léon de Montesquiou. Nous devons cet événement à une jeune et courageuse maison d’édition La délégation des siècles qui vient de publier Les raisons du nationalisme, l’occasion pour nous de les rencontrer.

Merci à vous de nous accorder cet entretien. Pourriez-vous nous présenter tout d’abord votre maison d’édition, ses fondements, ses aspirations et ses objectifs ?

Le « cri de guerre » de La délégation des siècles est le suivant : « Redevenir des Français ! »

Nous partons du constat qu’il existe, dans le panthéon des lettres françaises, des textes, des livres, des auteurs dont la lecture tire l’âme de sa léthargie, pour reprendre le mot fameux de Barrès. Hélas, l’édition française, l’Université, le monde de la culture ont largement oublié ou snobé ces œuvres depuis plusieurs dizaines d’années, principalement pour des raisons idéologiques et partisanes.

Nous souhaitions réunir en une seule et même collection cohérente ces œuvres édifiantes et superbes, afin que le lecteur qui souhaite se former, se renforcer, mettre de l’ordre dans ses idées, acquérir des lettres, développer sa science politique et son argumentaire, mettre des mots sur ses sentiments, puisse trouver, réuni pour lui, un ensemble solide qui répondra à ces besoins.

Au moment d’écrire ces lignes, nous proposons un catalogue d’une quinzaine de titres, qui s’étoffe constamment. Nous sommes fiers à ce propos de remettre en circulation des livres totalement inconnus et oubliés, comme très récemment Le capitaine philosophe de Marcel Tissot. Il raconte l’histoire d’un jeune homme issu de la noblesse qui va embrasser les idéaux de la Révolution dans un premier temps, avant de déchanter pour des raisons que le lecteur découvrira. Ce livre a été publié une seule et unique fois en 1876, et nous venons de le « ressusciter » le mois dernier.

Parmi les innombrables œuvres existantes, pourquoi vous être intéressé spécifiquement à cet auteur, à cette œuvre ? Comment se fit cette rencontre ?

Léon de Montesquiou (1873-1915) doit être réhabilité ! Sa mort précoce en 1915 au champ d’honneur ne lui a pas permis de continuer son œuvre après la guerre, ce qui explique sans doute qu’il a été « oublié » avec les années. Mais je le redis : il doit être réhabilité, entre autres pour cette raison fondamentale : il était un immense pédagogue capable de rendre claires, limpides et accessibles les œuvres complexes et parfois opaques de philosophes comme Louis de Bonald.

Il avait compris les enjeux, savait quelles conséquences seraient entraînées par les mauvais choix politiques et philosophiques de son époque et avait « prophétisé » nos malheurs. Il appartient à cette catégorie de penseurs dont les œuvres écrites il y a plus de 100 ans décrivent notre propre présent d’une façon incroyablement juste.

Les ouvrages de Montesquiou sont à la fois des manifestes politiques, des cours de philosophie et d’histoire, des leçons puissantes et une source d’énergie immense. C’est tout ce qui manque à nos contemporains alors il était de notre devoir de remettre ce livre en circulation.

Pourriez-vous nous présenter ce livre ? Quelle est son origine ? Quel est son objectif premier ? Comment s’articule-t-il ?

Les raisons du nationalisme a été publié en 1905. Le livre se découpe en cinq chapitres qui sont en fait les textes de cinq conférences données par Léon de Montesquiou entre 1902 et 1905. Dans chacune des parties, il aborde et précise un thème, toujours en lien avec l’objectif qu’il s’est fixé d’expliquer les raisons du nationalisme, sa raison d’être, son bienfondé et ses objectifs. Nous trouvons donc ici exposés le thème de l’enracinement avec Barrès, du déclassement social avec Paul Bourget, de régime politique, de la Tradition, de la Liberté, etc.

L’un des grands intérêts de ce livre est qu’il donne une définition large du nationalisme. Les adversaires du nationalisme ont longtemps enfermé cette doctrine dans cette phrase aussi réductrice que fausse : « le nationalisme, c’est la guerre ! ». Hélas beaucoup de nos contemporains pensent en effet, à cause du formatage auquel ils sont soumis, que le nationalisme est seulement une pulsion délirante de guerre et de mort. En réalité, c’est une véritable philosophie politique au sens large, qui s’exprime sur tous les aspects de la vie sociale et civile : culture, histoire, géopolitique, économie, valeurs & principes, organisation sociale, institutions, etc.

Le texte réussit l’exploit de s’adresser autant aux personnes déjà convaincues qu’à celles qui hésitent, qui ne savent pas ou qui n’ont pas d’avis particulier, car il est à la fois assez solide doctrinalement pour satisfaire des esprits déjà formés et assez pédagogue dans sa forme pour convaincre des profanes, des indécis, voire des adversaires !

Nous connaissons votre intérêt pour Maurice Barrès – qui représente la majorité de vos éditions -, quelle place tient-il dans cette œuvre ?

Maurice Barrès occupe effectivement une place de choix à La délégation des siècles, et pour cause ! Il est un maître, un professeur d’énergie, un littérateur exceptionnel et une intelligence sensible au service de la France. Léon de Montesquiou n’était pas d’un autre avis d’ailleurs, et en effet la première partie des Raisons du nationalisme se consacre à Barrès et à son œuvre intellectuel et littéraire en faveur de l’enracinement. Il est notable d’ailleurs que Montesquiou, qui est de l’école monarchiste, salue et loue Barrès le républicain. Parce qu’au-delà des différences, il y a l’amour de la France qui surpasse ces clivages. Je pense souvent à ce mot de Déroulède : « Républicains, royalistes, bonapartistes, ce sont des prénoms ; Français est le nom de famille ». Montesquiou reconnaissait dans Barrès un maître ayant considérablement participé à la formulation d’une doctrine nationale solide.

Léon de Montesquiou fut un nationaliste convaincu par l’idée monarchiste à la suite d’une lente conversion où Charles Maurras eut la première place. Celle-ci se fit entre 1900 et 1901 à la suite de la lecture de l’Enquête sur la monarchie et d’une série d’articles parus dans La revue d’Action française. Comme Charles Maurras, il croit que l’argumentaire philosophique traditionnel doit être renouvelé et tente de concilier des auteurs comme Bonald et Comte – écrivant des essais les concernant à l’instar du Le système politique d’Auguste Comte (1910) ou Le réalisme de Bonald (1911) -. Comment se traduit cette tension entre les autorités traditionnelles et celles plus récentes ?

Il faut se remettre dans le contexte de l’époque pour essayer de comprendre cette tension dont vous parlez. Nous avons là des gens convaincus que la France est grande mais qu’elle ne l’est que parce que les puissances intérieures qui l’animent acceptent d’assumer cette puissance et de la garantir. Or, à cette époque, on voit déjà poindre des défaitistes, des déclinistes, des internationalistes qui ne trouvent plus intéressant d’assumer cette grandeur. Les fruits pourris de la Révolution ont infesté le sol longtemps après les événements : les institutions sociales qui garantissaient à la France sa solidité et sa stabilité ont été dévastées par l’aventure révolutionnaire. La charpente nationale est écroulée sur le sol et des gens, au nombre desquels Léon de Montesquiou et d’autres, s’interrogent : maintenant que la charpente est écroulée, comment empêcher que la France ne s’écroule à son tour, ce qui arrivera immanquablement ? À cette question, ils ne répondent pas tous de la même façon. Montesquiou et avec lui d’autres représentants de l’Action française tentent un rapprochement intellectuel avec par exemple l’école positiviste de Comte. Notons d’ailleurs qu’à cette époque, Maurras tente plusieurs rapprochements en vue de créer une dynamique : il entretient une correspondance avec beaucoup de personnalités d’autres camps, comme Anatole France ou Marc Sangnier.

Il y avait une vraie volonté d’unir les forces en présence afin d’éviter le drame absolu que représenterait l’écroulement de la Maison. On peut dire que ces tentatives de conciliation étaient une réponse spontanée devant l’imminence d’un danger mortel ; lequel danger rendait nécessaire certaines tentatives qu’en temps normal il n’y aurait pas eu lieu d’envisager. Mais les situations de crise imposent des solutions de crise.

Nous savons que Léon de Montesquiou critique l’économie libérale et qu’il lui oppose la construction d’une société organique propice aux métiers et aux solidarités ? Quel constat pose-t-il, lui qui fut si fortement imprégné des idées de Le Play, concernant les questions sociales et économiques ?  

C’est en effet l’un des grands affrontements philosophiques entre les traditionnalistes et les transformateurs. L’industrialisation, l’exode rural, la machinisation des métiers manuels, tous ces mouvements ont profondément modifié la structure sociale du pays. Pour la première fois depuis des siècles, des hommes ont quitté le village dans lequel leurs familles étaient établies depuis toujours pour s’en aller se faire recruter à l’usine. Par ce fait, des siècles d’habitudes ont été bouleversés et une grande part des traditions locales, paroissiales, villageoises, communales, a été bousculée et perdue. Cet immense désordonnement est traité dans la deuxième partie des Raisons du nationalisme, dans laquelle Montesquiou évoque le thème du déclassement au travers du roman l’Étape de Paul Bourget, qui traite de ce sujet. Montesquiou fait le constat que les innovations politiques nées de cette métamorphose n’ont pas été sans conséquences. Mais pour résumer cette pensée, je cite Gustave Thibon, un autre brillant esprit :

« Arrêtons-nous par exemple un instant sur le mythe démocratique du “peuple souverain”. Tous les bons esprits ont vu là depuis longtemps une formidable supercherie : d’une main, on donne au peuple un pouvoir pour lequel il n’est pas fait et qui, par conséquent, reste toujours quelque chose de spectral et de platonique, et, de l’autre, on lui enlève les droits qui conviennent à son rôle exact dans la cité. Le bulletin de vote a fleuri sur la tombe des libertés communales et corporatives ».

Léon de Montesquiou était de ces « bons esprits » dont parle Thibon.

Les traditionnalistes analysent qu’un être humain est aussi le fruit de son environnement social et culturel. Qu’un villageois de la Meuse, artisan ou cultivateur, a besoin pour s’épanouir d’un ensemble social et culturel qui convienne à sa condition de villageois de la Meuse. La supercherie, c’est dire à cet homme : « Oublie ton champ, oublie ton atelier, oublie ta chapelle, oublie la tombe de tes anciens et rejoins la démocratie, tu pourras voter pour dire ton avis sur le nucléaire, sur la durée du mandat présidentiel, etc. » Or, l’artisan meusien se fiche en réalité de la durée du mandat présidentiel et d’ailleurs il n’est ni concerné ni qualifié pour se positionner sur ce sujet hautement technique. Le modernisme a détruit l’église et la vie communale de cet artisan pour lui donner en échange des « droits » qui ne le concernent pas, ou tellement lointainement.

Ce qu’il faut, c’est respecter les écosystèmes sociaux et culturels locaux. La République jacobine et nihiliste a fait des dégâts considérables. Et là, nous en revenons à Barrès et à la thèse qu’il défend dans Les déracinés : contre l’universalisme stérilisant, pour la reconnaissance des particularités locales. Cela vaut pour les questions identitaires comme pour les questions sociales.

Nous vous remercions ! Travaillez-vous actuellement sur d’autres éditions ? Est-ce que d’autres figures d’Action française seront honorées ?

D’autres nouveaux titres arrivent bientôt en effet. Pour le moment, pas d’autres figures de l’Action française. En fonction du succès que rencontra ou non ce livre de Léon de Montesquiou, nous envisagerons de lancer d’autres ouvrages de cet auteur. Comme on dit dans ces cas-là : la balle est dans le camp des lecteurs !

Un dernier mot ?

N’abdiquons jamais.
Qui vive ? France !

Propos recueillis par Guillaume Staub

N'hésitez pas à partager nos articles !