DISPARITION D'UN ENNEMI DE LA FRANCE

quadrilatere
L'Action Française 2 octobre 2019 13:35 Jean Pierre Papadacci

VK

par Jean Pierre PAPADACCI

Abderajacques  Chirac avait deux tares : il était républicain et il était gaulliste. Du gaullisme il  cultivait la  trahison, de la république, la pourriture. Nous ne pleurons donc pas la disparition de cet ennemi de la France. Il était le symbole du carriériste que génère la Vème république  gaulliste depuis 1958.

 Comme élu ou réélu, Il n’a jamais servi la France et n’avait qu’une obsession : rester en place  pour favoriser ses intérêts, son clan et ses clients.

 Le choix de ses compagnons de route, pour ne pas dire ses complices, Debré, Baroin, Balkany, Juppé, Villepin, Sarkozy, se passe de commentaires.

 Ce rejeton de famille bourgeoise (« j’appelle bourgeois quiconque pense bassement » Flaubert.) n’avait aucun ami, mis à part Line Renaud, et ne faisait confiance qu’à sa fille et à sa femme.

 Ce parvenu, qui s’était offert une vieille demeure française, le Château De BITY, méprisait  le passé français et  n’avait de goût que pour les cultures étrangères, Afrique, Orient, Japon, Chine…

 Après une action politique globalement néfaste,  ce président, repris de justice, disparaît enfin, mais la France,  ELLE, continue.

 

                                                      Jean-Pierre PAPADACCI