LE SYSTEME MONARCHIQUE ET L'OEUVRE DES CAPETIENS

150cm
8 novembre 1226, avènement de Louis IX, futur Saint Louis
L'Action Française 17 septembre 2019 13:54 Doctrine de l'action Française Michel Fromentoux

VK

 

par Michel Fromentoux, membre du Comité Directeur de l’Action Française et président d’honneur de l’Institut d’Action Française


« La recherche des lois qui convinssent à la pérennité de la nation devait aller jusqu'à la racine des choses. C'est en ce sens que le nationalisme de l'Action Française se dit intégral : monarchique, héréditaire, à l'image de la nation qui se continue de génération en génération.

La France, ne l'oublions pas, aurait pu ne pas exister; ni la géographie, ni la diversité de ses habitants ne favorisaient la naissance d'une nation au bout de l'isthme européen; elle est essentiellement, avec l'aide de Dieu, l’œuvre de l'intelligence et de la volonté de la lignée capétienne qui avait su, avec plus ou moins de bonheur selon les époques, mais toujours avec obstination, imposer sa légitimité tant aux convoitises impérialistes de l'étranger qu'aux puissances de la féodalité ou de l'Argent à l'intérieur. Les Capétiens surent admirablement jouer de l'indépendance que leur conférait l'hérédité vis-à-vis des clans, et de l'obligation pour chaque roi de transmettre intégralement l'héritage dont il était comptable devant Dieu et devant ses enfants. La monarchie, en effet, se perpétue par les lois mêmes qui font durer l'espèce humaine : celles de l'hérédité.

En même temps, libre de tout souci électoraliste, donc naturellement fédérateur au dessus des intérêts particuliers et des partis, le roi de France pouvait laisser s'épanouir les diversités françaises et les libertés locales et professionnelles : « Autorité en haut, libertés en bas. Les républiques sous le roi ! », disait Maurras. »