8 avril 1898, naissance du Comité d'Action Française

L'Action Française 8 avril 2019 15:44 Clément Gautier


par Clément Gautier

C'est au printemps, le 8 avril 1898, alors que la France était menacée de dislocation par l'Affaire Dreyfus, que s'organisait avec Maurice Pujo et Henri Vaugeois le Comité d'Action Française en prévision des élections qui devaient avoir lieu la même année. Dans l'appel aux électeurs, on présentait la campagne comme une reprise du « panamisme », manœuvre destinée à servir les intérêts des financiers.
Professeur de philosophie, Vaugeois avait 34 ans. Patriote jacobin, il descendait d'un conventionnel régicide. Agé de 26 ans, Maurice Pujo avait fréquenté au même moment que Péguy le lycée d'Orléans ; il était animé par une certaine curiosité pour la poésie allemande. Les deux hommes étaient inconnus. Très vite, le capitaine Jules Caplain-Cortambert, cousin de Vaugeois, ainsi que le colonel Georges Henri de Villebois-Mareuil furent enrôlés dans ce Comité dont l'entreprise paraissait absurde aux yeux de beaucoup.
Le comité n'avait pu exercer d'influence sur le scrutin mais ses dirigeants ne faisaient que commencer leur travail. Pour Pujo, à ce moment là, le dessein d'une telle action devait être de « refaire de la France Républicaine et libre, un État organisé à l'intérieur, puissant à l'extérieur, comme sous l'Ancien Régime » sans pour autant « recourir aux formes du passé » car -Pujo prenait la peine de l'expliquer- « On ne fait rien avec les morts ».
Il fallait attendre le 1899 pour que Vaugeois rencontre Charles Maurras pour la première fois et que soit votée et publiée la déclaration des « idées-mères » de L'Action Française du 15 novembre 1899, mais déjà les idées bouillonnaient dans ce laboratoire d'idées et le projet était de travailler au « retour d'une vie politique plus honnête ».
Ces quelques esprits directeurs allaient ainsi donner naissance à ce qui demeure aujourd'hui le plus ancien des mouvements nationalistes français, l'Action Française.
« Notre force est d'avoir raison ».

Clément Gautier